Les écoquartiers

Qu’est-ce qu’un écoquartier ?

Les écoquartiers sont des quartiers pour lesquels la construction ou la restauration ont suivi des caractéristiques écologiques modernes. C’est-à-dire qu’ils visent à y associer la maîtrise des ressources nécessaires à la production et aux activités de production économique et la maîtrise des déchets qu’ils produisent.

L’objectif est de produire une partie ou la totalité de l’énergie localement et de retraiter les déchets sur leur aire de production. On peut également y retrouver une forte activité sociale et culturelle selon l’implication des habitants.

Ce sont donc des quartiers qui tentent de respecter la séquence « Eviter, Réduire, Compenser » dans un objectif de développement durable.


Conception écologique

Une équipe de maîtrise d’oeuvre pluridisciplinaire est sollicitée pour articuler les enjeux entre eux : urbaniste, paysagistes, architectes, sociologues, consultants en environnement, etc. Lesquels doivent se montrer particulièrement ouverts à la protection de l’environnement.

Un écoquartier concilie différents enjeux environnementaux dans le but de réduire l’impact du bâti sur la nature :

  • Réduction des consommations énergétiques

Les bâtiments répondent à des exigences très strictes avec des consommations au m² aussi faible que possible.

Pour cela, ils limitent la perte d’énergie par l’isolation notamment et mettent en place un réseau d’énergie renouvelable.

  • Meilleur gestion des déplacements

Le déplacement en véhicule motorisée est limité et les transports en commun sont favorisés ainsi que les déplacements doux, modes de transports sans moteur ne générant pas de pollution ou de gaz à effet de serre (marche à pied, vélo, roller, trottinette, …).

Pour cela, des pistes cyclables, des parkings à vélo, des voies piétonnes permettent de circuler en toute sécurité et des arrêts de bus parcourent le quartier. Certains quartiers vont jusqu’à interdire les voitures.

  • Réduction des consommations d’eau

Les eaux pluviales sont récupérées et utilisées pour arroser les espaces verts, nettoyer la voie publique ou alimenter l’eau des toilettes.

  • Limitation des la production de déchets

La collecte sélective des déchets est renforcée et des emplacements sont dédiés aux déchets verts afin de les composter pour qu’ils soient utilisés pour les jardins et les espaces verts.

Certains écoquartiers mettent en place des mesures ou les encouragent pour permettre à la flore et la faune locale de se développer.

  • Attention particulière sur les matériaux et leur utilisation.

Les chantiers vont favoriser les écomatériaux, mieux gérer leurs déchets, réutiliser des éléments dans le cadre d’une réhabilitation, etc.


Conception sociale

Ce type de projet attache une importance particulière à la mixité socio-économique, culturelle et générationnelle. Il assure également un accès plus facile à des activités sportives et culturelles. De même les services et les commerces se veulent multifonctionnels afin de réduire les distances.

Les habitants ou futures habitants sont directement impliqués dans la conception ou la réhabilitation du quartier. La concertation entre les parties prenantes est indispensable pour un développement durable. Un grand nombre d’acteurs variés vont prendre part au projet de l’élaboration à la phase d’exploitation afin qu’il émane de la collectivité concernée et parfois qu’un collectif de citoyens se créent.

En prenant ainsi part à la conception de leur futur lieu de vie, les habitants sont d’autant plus incités à respecter les principes de fonctionnement. Des démarches originales peuvent aussi émerger comme un réseau intranet au quartier, un forum internet, une publication de revue de quartier, des débats, des séminaires, des expositions, etc.

La participation civique couplée au principe de subsidiarité ascendante, attribution de pouvoirs vers une entité plus vaste, est un élément essentiel d’un quartier durable. Il permet d’obtenir des solutions émanant directement des parties concernées qui sont souvent originales voir inédites. Il permet aussi de créer un sentiment d’adhésion, d’attachement, d’appartenance voir de fierté grâce à leur implication dans le projet.

Tout au long de la vie du quartier, un accompagnement est souvent mis en place pour éduquer les utilisateurs et les nouveaux arrivants et leur permettre une intégration en adéquation avec les objectifs de développement durable.


Le label EcoQuartierlabelecoquartiers4etapes

Ce type de quartier a fait naître en France un label, EcoQuartier, promu par le ministère français de la Transition écologique et solidaire (MTES).

Ce label peut être attribué à tous types de collectivité peu importe sa taille, sa géographie ou les caractéristiques de son terrain : urbain, péri-urbain ou rural, zone d’activité ou quartier de logement, en métropole ou en outre-mer, etc.

Le projet est éligible à partir du moment où il respecte les 20 engagements de la charte. Ces engagements sont scindés en 4 grands axes :

  • Démarche et processus : la manière de réaliser le projet et de fixer les objectifs.
  • Cadre de vie et usages : la valorisation du patrimoine, la qualité de vie, la santé, la solidarité, …
  • Développement territorial : l’économie et les filières locales, la transition numérique, les transports, …
  • Environnement et climat : la transition énergétique, la gestion des ressources et des déchets, la biodiversité, …

Le projet est ensuite divisé en 4 étapes qui sont toutes valorisés grâce au label qui évolue selon sa progression :

http___www.ville-crolles.fr_image_icone_logo_eqhttps___www.epamarne-epafrance.fr_wp-content_uploads_2017_11_label-ecoquartier-etape-2_IThttp___www.gpvlyonduchere.org_wp-content_uploads_2016_12_L16273_label_ecoquartier_etape_3http___www.ecoquartiers-club.logement.gouv.fr_IMG_png_l16273_label_ecoquartier_etape_4

  • 1ère étape → le projet : Au démarrage, les élus et les partenaires signent la charte et démarrent la phase d’étude.
  • 2ème étape → le chantier : Les entreprises apportent leur réponse technique et le chantier est lancé.
  • 3ème étape → la livraison : Le projet est réalisé, les habitants peuvent s’y installer et découvrir son fonctionnement.
  • 4ème étape → la confirmation : 3 ans après avoir reçu le « label_étape 3 », la collectivité auto-évalue la tenue de ses engagements dans le temps en association avec les habitants et les usagers.

Le concept d’écoquartier suscite également de fortes critiques et controverses. Certains estiment que ce terme est racoleur et vide et ne sert qu’à des fins marketings, Greenwashing. Ils s’insurgent de la récupération faite par des « promoteurs architectes » dont les projets ne respectent qu’en partie la notion d’écoquartier.

D’autres plus modérés estiment que ce concept a un sens quand il s’agit de rénover des zones urbaines mais qu’il le perd quand il s’agir de construire un nouveau quartier en détruisant un milieu naturel pré-existant.

Par ailleurs, la création de ces quartiers ne doit pas prendre la place de la rénovation entière des villes vers des villes plus durables et résilientes dans son ensemble ni remplacer l’évolution du comportement de l’ensemble des citoyens vers un comportement plus responsable dans les quartiers existants.

En tant que conseillère en biodiversité et conseillère en développement durable et RSE, je peux accompagner les collectivités qui souhaitent obtenir ce label. N’hésitez pas à me contacter.

Crédit photo : Chris Barbalis
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close