Les éco-gestes en vacances

En vacances, il est aussi possible d’adopter des éco-gestes spécifiques pour partir sereinement et durablement.

Encore une fois, ces éco-gestes suivent le séquence « Eviter, Réduire, Compenser » afin de limiter au maximum l’impact sur la biodiversité.


Suivre les chemins balisés et ne rien toucher

Le passage de promeneurs et de randonneurs est une source de perturbation pour la faune comme pour la flore. Il est donc recommandé de rester sur les chemins balisés afin de limiter la zone de perturbation. Pour ne pas augmenter cette perturbation, il aussi recommandé de rien toucher, ni cueillir les plantes, ni ramasser ou casser des branches, ni lancer des cailloux, etc.

Certaines plantes sont protégées, il est donc rigoureusement interdit de les cueillir ou des les déterrer sous peine de sanction. Si vous ne savez pas si une plante est sur la liste des plantes protégées, dans le doute, il est préférable de s’abstenir.

De plus d’après la réglementation, il est interdit de ramasser les productions de la forêt à titre personnel ou professionnel. C’est-à-dire qu’il est interdit de cueillir ou de ramasser des fruits, des plantes, des champignons, etc.

Bonus : Limiter également le plus possible le bruit ou la lumière pour ne pas déranger la faune et la flore sauvage.

Ne pas utiliser d’anti-moustiques chimiques

Pour lutter contre les moustiques, il existe plusieurs moyens permettant d’éviter l’utilisation de substances chimiques toxiques.

Il est possible d’adopter des mesures préventives :

  • Les moustiques pondent leurs œufs dans des eaux stagnantes. En enlevant ces points d’eau, vous pouvez déjà limiter leur présence.
  • Certaines plantes repoussent naturellement les moustiques, telles que le basilic ou la menthe. En les plaçant près de vos fenêtres, vous pourrez empêcher les insectes de pénétrer chez vous.
  • Certaines huiles essentielles sont également de bons répulsifs, telles que l’huile essentielle de romarin, de citronnelle, d’eucalyptus, etc. En faisant attention à bien respecter les instructions de la notice d’utilisation, vous pouvez créer des répulsifs à moustiques non toxiques.

Favoriser écotourisme

De nombreux professionnels du tourisme proposent des hébergements et des activités gérés durablement.

Pour les reconnaître, des écolabels existent.

labels-tourisme-responsable

Ne pas acheter d’objet fabriqué avec des espèces menacées

Sans parler du fait qu’il est strictement interdit d’acheter ce type d’objet, le faire c’est entretenir le réseau et soutenir le braconnage de ces espèces.

De nombreuses espèces sont en voie d’extinction à cause de ce type de marché. Il est donc rigoureusement recommandé de pas acheter d’objets en bois précieux, en ivoire, en écaille de tortue, de dents de requin, de peaux de tigres, de poudre de corne de rhinocéros, de soupe d’aileron de requin, etc.

Ne pas rapporter d’espèces animales ou végétales

Rapporter une espèce d’un voyage chez soi peut avoir des conséquences catastrophiques sur le milieu d’origine et/ou sur le milieu d’arrivée.

Retirer une espèce de son milieu peut à force fragiliser son écosystème. Si celle-ci est retirée régulièrement, à terme elle peut totalement disparaître de son milieu et entraîner un déséquilibre voire un effondrement de la biodiversité locale.

Introduire une espèce exotique peut également fragiliser l’écosystème déjà en place. Cette nouvelle espèce peut venir perturber l’équilibre entre les espèces voire devenir envahissante et entraîner un effondrement de la biodiversité locale.

Pratiquer la plongée de manière responsable

Lorsque l’on pratique la plongée, il est important de respecter certaines règles et principes de base car il est très facile de détériorer la nature et de fragiliser les écosystèmes.

Pour commencer, il est conseillé de se renseigner auprès d’un organisme spécialisé afin d’obtenir toutes les informations nécessaires à la bonne pratique de la plongée en respectant la biodiversité.

Il est très important de respecter les écosystèmes en ne touchant pas les animaux ni les coraux et surtout en ne les prélevant pas.


Il est important de limiter nos actions négatives sur la biodiversité en vacances ou quelque soit nos activités.

Ces quelques actions sont simples à mettre en place et peuvent faire une réelle différence pour les écosystèmes. Il n’est pas question d’arrêter totalement nos activités même récréatives mais de faire autrement et mieux.

Pour être plus efficaces d’autres actions peuvent être mises en place dans la vie quotidienne et dans le jardin.

Crédit photo : HolgerVaga on Visualhunt.com / CC BY-NC-ND
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close