Introduction à la permaculture

 « La permaculture est une révolution déguisée en jardinage. »

Mike Feingold

La permaculture est un ensemble de concepts basés sur une éthique et des principes de conception, de mise en place, de gestion et d’amélioration pour toutes sortes d’initiatives individuelles, familiales et collectives dans l’objectif d’un développement durable.

Si vous voulez mettre en place la permaculture dans votre jardin-potager, vous pouvez consulter Les principes agricole de la permaculture puis les techniques culturales associées à la permaculture.


Les débuts de la permaculture

Le terme permaculture a été inventée par les australiens Bill Mollison et David Holmgren, au milieu des années 1970. Ils se sont inspirés notamment des travaux d’un agriculteur japonais, Masanobu Fukuoka.

Ce néologisme a été créé de la contraction de l’anglais permanent agriculture qui signifie agriculture durable. A l’origine, cela désignait une manière de cultiver la terre sans occasionner de nuisances pour la nature ou les humains, tout en étant économiquement viable et durable sur le long terme.

Ce concept est né du constat de l’utilisation toujours plus grandissante des méthodes agricoles destructrices du sol qui favorisent l’érosion des terres fertiles, empoissonnent l’eau et la terre et réduit la biodiversité.

Depuis sa création, la permaculture a évoluée passant de techniques agricoles et de stratégie alimentaire à un concept élargi à l’ensemble des activités humaines.

La permaculture au final est un concept difficile à définir selon qu’on la considère comme une philosophie, un mode de vie ou un ensemble de méthodes, car elle est un peu de tout ça. Ce n’est pas une méthode généralisable. Elle doit être appliquée à chaque cas particulier, en fonction de ses propres envies et aspirations. Elle sera donc différente d’un jardinier à l’autre.


L’éthique

L’éthique de la permaculture est similaire à celui du développement durable :

  • Prendre soin de la terre (= l’environnement) : Reconstituer le capital naturel.
  • Prendre soi de l’humain (= le social) : Prendre soin de soi-même, de ses proches, et de ses voisins.
  • Partager équitablement (= l’économie) : Limiter la consommation et la reproduction, partager le surplus.

Les principes de la permaculture

La permaculture regroupe 12 principes universels. Les méthodes utilisées peuvent être différentes selon les situations mais elles doivent respecter ces principes :

  • Observer et interagir : adopter des points de vue différents permettant de mieux comprendre les rouages d’un système.
  • Collecter et stocker l’énergie : récolter les ressources lors des périodes d’abondance pour les utiliser pendant les pénuries.
  • Créer une production : obtenir des résultats utiles à chaque étape du travail.
  • Appliquer l’auto-régulation et accepter la rétroaction : se dissuader de mettre en place des activités néfastes empêchant les systèmes de fonctionner correctement.
  • Utiliser et valoriser les services et les ressources renouvelables : mieux utiliser l’abondance des ressources naturelles et ainsi atténuer notre consommation des ressources non-renouvelables.
  • Ne pas produire de déchets : utiliser et valoriser toutes les ressources pour ne jamais rien jeter.
  • Partir des structures d’ensemble pour arriver aux détails : prendre du recul pour observer des structures dans la nature et dans la société, ces structures forment l’ossature à remplir au fur et à mesure de détails.
  • Intégrer plutôt que séparer : Mettre les bons éléments aux bons emplacements pour que des relations se mettent en place entre-eux et peuvent ainsi se renforcer mutuellement.
  • Utiliser des solutions à de petites échelles et avec patience : favoriser les systèmes lents et à petite échelle pour réduire l’effort d’entretien et mieux utiliser les ressources locales en obtenant des résultats durables.
  • Utiliser et valoriser la diversité : diminuer notre vulnérabilité et valoriser la spécificité de l’environnement.
  • Utiliser les interfaces et valoriser les éléments en bordure : augmenter les interactions entre éléments.
  • Utiliser le changement et y réagir de manière créative : avoir une influence bénéfique sur les changements inévitables.

Les différents domaines représentés sur la fleur de la permaculture sont liés entre-eux par une spirale évoluant du cadre personnel et local vers le collectif et le global. Tous ses domaines sont interdépendants et tous aussi importants l’un que l’autre pour obtenir l’harmonie final de la permaculture.

IMAGE_Fleur-permaculturelle-petales-generales_de-David-Holmgren
Crédit photo : Clark Young on Unsplash
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close